Musashi87

Corporal
17 Badges
Apr 20, 2007
37
0
  • Victoria: Revolutions
  • Hearts of Iron IV Sign-up
  • Mount & Blade: With Fire and Sword
  • Mount & Blade: Warband
  • 500k Club
  • Victoria 2: Heart of Darkness
  • Victoria 2: A House Divided
  • Victoria 2
  • Sengoku
  • Arsenal of Democracy
  • Europa Universalis III Complete
  • March of the Eagles
  • Europa Universalis III Complete
  • Heir to the Throne
  • Divine Wind
  • Europa Universalis III Complete
  • Crusader Kings II
armoiriesroyalesfrance.jpg


Histoire du Royaume des Très Chrétiens Rois de France
écrite par un Belge une fois
Les Guerres d’Italie

En 1494, le roi de France Charles VIII revendique le royaume de Naples où jadis régnèrent ses ancêtres. Il traverse la péninsule et conquiert Naples avec une facilité déconcertante. Mais, trois mois plus tard, il doit battre en retraite. A Fornoue, en 1495, il faut une charge héroïque des cavaliers français pour forcer le passage. Un jeune homme se distingue : Pierre Terrail de Bayard.

En 1498, Louis XII passe à son tour les Alpes. Il conquiert le Milanais, où il s’installe solidement. Il s’entend avec Ferdinand d’Aragon pour s’emparer du royaume de Naples – qu’il ne conserve que peu de temps. Le Milanais lui-même ne reste pas durablement aux mains des Français. En 1512, la bataille de Ravenne, au cours de laquelle le grand homme de guerre Gaston de Foix, âgé de 22 ans, trouve la mort, et où se distingue à nouveau Bayard, se conclut au détriment des Français : ceux-ci doivent évacuer le nord de l’Italie.

Sacré roi de France le 25 janvier 1515, François Ier rassemble de l’argent pour une nouvelle expédition en vue de reprendre le duché de Milan. Il n’a personnellement aucun droit sur le duché, mais se fait remettre par notaire ceux de sa femme, Claude de France. Il signe des traités avec le roi d’Angleterre Henri VIII, le prince des Pays-Bas bourguignons Charles (futur Charles Quint) et la République de Venise.

Les Suisses tiennent le duché, au nom de son jeune duc Maximilien Sforza. Ils obtiennent le soutien, le 7 février 1515, de l’empereur Maximilien Ier de Habsbourg et de Ferdinand II d'Aragon pour la protection du Milanais. Le pape Léon X, plus soucieux de défendre les intérêts de sa famille à Florence n’adhère à l’accord que le 15 juillet. En réalité seuls les Suisses sont prêts à défendre le duc de Milan, l’empereur fermant les yeux sur l’engagement par François Ier de plus de 15 000 lansquenets allemands.

Les Suisses se préparent à l’invasion française en installant des garnisons dans le Piémont, afin de bloquer les traditionnelles voies d’accès des armées française. Ces dernières prennent cependant un chemin nouveau pour venir en Italie, le col de Larche, et forcent ainsi les Suisses à faire retraite pour défendre la Lombardie.

Au cours de l’été, le roi de France promet aux Confédérés d’énormes sommes d’argent en échange de l’abandon du duché de Milan. Les Suisses hésitent, puis refusent. Suisses et Français s’affrontent alors les 13 et 14 septembre 1515 lors de la bataille de Marignan. Les Français sont vainqueurs et peuvent rapidement prendre le contrôle de l’ensemble de la Lombardie. La France et la Papauté signent alors le concordat de Bologne qui régira les rapports entre les deux puissances.

972064.jpg
- François Ier à la bataille de Marignan

Le 13 août 1516, Charles de Habsbourg, devenu roi d’Espagne à la mort de son grand-père Ferdinand II d'Aragon, reconnaît à la France la possession du Milanais, contre l’abandon de toute prétention française sur Naples : c’est la paix de Noyon.

Il fut plus difficile pour le roi de France de s’entendre avec les Suisses divisés. En janvier 1516, huit cantons décident d’accepter les conditions du roi, cinq autres autorisent l’empereur à recruter pour une nouvelle expédition en Italie. Finalement le 29 novembre 1516, une paix perpétuelle est signée entre la Confédération et la France. Le roi de France pouvait de nouveau engager des Suisses dans son armée. Une paix durable semble s’installer en Italie.

La bipolarisation de l’Europe occidentale : François Ier face à Charles Quint

francis11.jpg
- Portrait de François Ier

L’état diplomatique de l’Europe de 1520 est déchiré entre deux grands pôles d’influence. D’une part on retrouve les possessions de Charles Quint qui s’étendent principalement en Espagne, en Autriche et des les Pays-Bas, alors qu’en face s’est nouée une alliance entre le royaume de France, la Bretagne de Claude de France (fille d’Anne de Bretagne et épouse de François Ier) et l’Ecosse de Jacques V. Cette alliance française se renforce le 19 juillet 1520, par l’intégration au traité de la Savoie de Charles III le Bon et du Royaume de Navarre de Henry II. A coté de cela l’Angleterre s’isole dans les îles britanniques mais conserve son attache continentale par l’intermédiaire de ses possessions calaisiennes.

58200274.jpg
-Les alliances (sourlignée en rouge: les possessions de Charles Quint et sourlignée en blanc : l'alliance française)

Une période de troubles: la Réforme et l’Italie

Au départ le mouvement de la Réforme est uniquement germanique mais il touche vite les autres régions de l’Europe comme la France, les îles britanniques et les Pays-Bas. C’est dans ce contexte de tensions religieuses que François Ier ordonne, le 10 janvier 1521, la confiscation des écrits de Luther qui seront voués très vite aux flammes. Malgré ces mesures sévères le culte protestant s’immisce en France, pour le plus grand déplaisir du Roi Très Chrétien.

A Milan, Claude de Guise, duc de Lorraine prend le commandement de l’armée française de Lombardie. Le 24 janvier un scandale éclate à la cour, Alexandre de Chatillon, un noble de Champagne est écarté de l’entourage du roi pour des raisons obscures, on dit que François à acheté son silence sur la question. Les tensions se ravivent en Italie, après l’arrivé du Duc de Lorraine dans le Milanais François se tourne vers le duché de Mantoue tenu par Isabelle d’Este. Mais cette dernière ne cède pas aux exigences impérialistes de François et elle s’appuie sur son puissant allié vénitien.

claudeoflorraine.jpg
- Portrait de Claude de Guise

Des remous religieux secouent encore l’Europe lorsque Zwingli et Calvin théorisent et propagent le courant réformé.

L'élection impériale et le sort de l'Italie

Le 28 juin 1519 après la mort de son grand-père, l’empereur Maximilien Ier de Habsbourg, Charles Roi d’Espagne et Duc de Bourgogne était devenu Empereur du Saint Empire, grâce à l’argent des ses banquiers (principalement les Fuggers et les Welsers) et cela après une lutte acharnée avec François Ier qui s’était porté lui aussi candidat à l’élection impériale. Mais Charles Quint parvient à acheter sa nomination pour 850.000 florins or (soit environ 2.100 kilos d’or), argent provenant essentiellement d’Espagne et du Nouveau Monde. L’Empire octroie à Charles Quint des prétentions sur le Nord de l’Italie, possessions intéressantes puisqu’elles se placent dans la lignée d’une route espagnole qui pourrait relier les possessions allemandes de Charles Quint à son royaume en Espagne. Mais François Ier n’entend pas céder son emprise sur le duché de Milan et sur la région de Parme. C’est ainsi que le 10 avril 1521, dans une lettre adressée à Charles Quint, il réaffirme l’autorité française sur le nord-ouest de l’Italie.

Terreur en Champagne : l’affaire de Chatillon

Le 20 novembre, Alexandre de Chatillon, est rattrapé par le bras vengeur du Roi. Il est arrêté, après quelques jours d’une procédure expéditive, il est reconnu coupable du crime de lèse majesté (on murmure qu’il aurait en effet fait quelques avances à la reine Claude) et de faux monnayage. La sentence est appliquée le 3 décembre par les bourreaux, on le place dans un chaudron d’eau bouillante jusqu’à ce que mort s’en suive, après cela il est pendu en place publique avant d’être enterré. Mais parallèlement à ce procès l’Eglise l’accuse d’hérésie (pour ses convictions protestantes). Cependant la procédure est plus longue et le verdict tombe seulement le 5 décembre, on exhume alors le corps de l’infortuné pour le bruler.

Quelques jours plus tard la Champagne se soulève en réaction à cette barbarie et certainement sur les conseils de factions protestantes. 15.000 révoltés saccagent les symboles royaux dans les régions avant de marcher en direction de Paris. François Ier envoie Anne de Montmorency mater la révolte avec 21.000 hommes. La rencontre a lieu le 11 décembre. Le combat est rude mais les rebelles sont mal équipés et ils fléchissent vite devant la cavalerie qui les met en pièces. On compte néanmoins plus de 4000 victimes dans le camp royal tandis que les 15.000 rebelles sont massacrés sur le champ de bataille ou exécutés après s’être rendus.

95751227.jpg
- Anne de Montmorency marche sur la Champagne

La révolte est ainsi matée avec force et sans pitié. Anne de Montmorency retourne à Paris pour recevoir les lauriers tandis qu’il laisse derrière lui, en Champagne, Robert d’Aubigny avec une garnison forte de 8000 hommes.

Regain des tensions au sud

Le 26 février 1522 de la Tremoille est envoyé à Toulouse avec 14.000 hommes pour garantir l’intégrité de la frontière avec une Espagne qui rassemble ses hommes derrière les Pyrénées. En Italie on envoie, le 26 avril, 20.000 hommes à Parme, possession française. Dans la foulée, le lendemain, Alfonso de Modène est avertit par François Ier qui n’admet pas l’alliance avec Venise et Mantoue. L’armée de Lombardie, sous les ordres de Claude de Guise, est portée à 40.000 hommes. Une nouvelle guerre d’Italie se prépare, Madrid et Vienne se crispent. Le 21 novembre François vient inaugurer de nouveau casernement dans le Lyonnais, parallèlement à cela la France recrute nombre de mercenaires.

L'alliance secrète avec l'Ordre Teutonique

Le 18 décembre 1522, François Ier fait parvenir secrètement un don en faveur de l’ordre teutonique qui affronte une coalition polonaise et lituanienne mais qui se place surtout en adversaire de l’Autriche de Charles Quint. François Ier pense en effet à retourner l’encerclement habsbourgeois en isolant l’Allemagne avec l’aide teutonique.

__________________

Voilà la fin de cette première partie. Il s'agit comme vous l'aurez sans doute remarqué d'une partie de EU2 (agceep) que j'ai commencé en 1520 avec la France. La première partie (les guerres d'Italie) est reprise de wikipédia afin de donner un petit contexte historique. Mais après tout découle de ma partie. N'hésitez pas à critiquer ou à faire des remarques.

Le chapitre suivant sera consacré à l'exploration des cotes de l'Amérique par un explorateur italien qui s'est mis au service de la France. Après je tenterai quelque chose contre Mantoue et Modène je pense mais j'attends le casus beli qui ne veut pas venir. Et j'avoue craindre un peu de me faire assaillir par Charles Quint et que Henry VIII en profite pour m'accabler au nord (heureusement que j'ai les Écossais)
 
Last edited:

Musashi87

Corporal
17 Badges
Apr 20, 2007
37
0
  • Victoria: Revolutions
  • Hearts of Iron IV Sign-up
  • Mount & Blade: With Fire and Sword
  • Mount & Blade: Warband
  • 500k Club
  • Victoria 2: Heart of Darkness
  • Victoria 2: A House Divided
  • Victoria 2
  • Sengoku
  • Arsenal of Democracy
  • Europa Universalis III Complete
  • March of the Eagles
  • Europa Universalis III Complete
  • Heir to the Throne
  • Divine Wind
  • Europa Universalis III Complete
  • Crusader Kings II
Giovanni Verrazzano et l’Amérique française

Le 25 février 1523, Giovanni Verrazzano rejoint la Marine française en tant qu’explorateur. Ce Toscan de 40 ans est missionné par François Ier pour explorer les côtes de l’Amérique. Verrazzano appareille le 12 mai avec 18 navires et 6000 hommes en direction de l’ouest. Le 1 juillet l’escadre croise dans les eaux des Açores, le 14 juillet c’est l’Atlantique Nord qui est atteint tandis que le 3 aout il découvre les eaux du Gulf Stream. Le 10 octobre la baie de Fundy est en vue et il poursuit sa route vers le Sud pour traverser la baie de Massachussetts. Le 1er janvier 1524 les navires jettent l’ancre dans la baie de Chesapeake et on débarque les troupes le 19 janvier sur les terres du Delaware, on plante un drapeau à fleurs de lys.

Le 22 janvier Verrazzano poursuit sa route vers le sud en laissant à terre les 6000 hommes qu’il avait embarqué quelques mois plus tôt. Les conditions de vie que ces derniers connaissent sont rudes, l’hiver est implacable et la faim se fait sentir atrocement. Les indigènes se montrent de plus en plus hostiles vis-à-vis du petit camp retranché. Le 2 février, le commandant du camp décide de passer à l’action, avec 50 hommes il mène une expédition punitive qui met à sac quatre villages amérindiens. On dénombre plus de 300 victimes et prisonniers autochtones tandis que les Français ne perdent que sept hommes. La menace indienne semble écartée pour un temps.

benjaminwestdeathwolfen.jpg
- Représentation d'un autochtone

Verrazzano qui continue donc vers le sud découvre le Cap Canaveral le 21 avril, la baie de Tampa et les terres de Séminole le 2 juillet. Le 12 aout c’est la baie de Mobile que l’on aperçoit. Le 17 septembre, des colons venus de France se noient non loin des côtes du Delaware après que leurs navires aient sombré dans une tempête. Le 4 octobre le marin italien découvre le détroit de Floride, le 14 novembre il découvre la mer de Jamaïque et le 24 décembre les Grandes Antilles et la colonie espagnols de Jamaïque. Le 4 février 1525, il découvre le détroit de Puerto Rico. Le 15 mars la Compagnie des Indes Occidentales françaises installe un comptoir commercial jouxtant le fort de la garnison de Delaware, les Français ont mis un premier pied dans la course à la colonisation du Nouveau Monde. Le même jour plus au sud, Verrazzano découvre l’île de Tortuga, le 24 avril c’est au tour des Bahamas et de la colonie espagnoles de Mora.

Le 1 juin il découvre les terres vierges de Curaçao, mais ils sont chassés par des indigènes hostiles. Durant l’escarmouche, Verrazzano reçoit une flèche dans l’épaule, ses jours sont en danger. L’escadre qui a déjà perdu dix navires depuis sont départ remonte vers la colonie espagnole de Tortuga mais le port leur est interdit d’accès le 3 aout. Le 9 septembre la Compagnie des Indes Occidentales françaises annoncent avoir investit à nouveau dans son comptoir commercial du Delaware. Le 2 octobre 1525, dans d’étranges circonstances, les navires de Verrazzano coulent dans les parages de Tortuga. Les Espagnols affirment qu’une tempête a balayé les restes de l’escadre, mais on murmure à Paris que la Marine de Charles Quint ne serait pas étrangère à la perte du marin italien et dans le Delaware on murmure que Verrazzano se cacherait dans une île des Caraïbes rançonnant les navires qui passeraient à proximité de son chimérique repère. Ainsi se clôture la première épopée d’un explorateur français.

ghjv.jpg
- Portrait et trajet du marin italien de François Ier

Pendant ce temps en Europe : le calme avant la tempête

Sur le plan européen les choses bougent aussi mais avec moins de vigueur. Le 8 mai 1523 la France refuse un mariage royal avec la Suisse. Le 17 octobre les guildes des artisans de Paris se révoltent. La rébellion est vite matée par les troupes royales et les meneurs sont pendus sur les places de Paris. Le 27 janvier 1524 on annonce la conversion de Strasbourg et de l’Ordre Teutonique au protestantisme, François se montre inquiet, il perd un allié et voit le péril protestant poindre à ses frontières. Le 20 juin 1524, Claude de France décède et François Ier hérite de la Bretagne. Le 26 aout la Suisse est à nouveau repoussée alors qu’elle fait une nouvelle demande de mariage royal. Le 20 septembre on recrute à Lyon 5000 hommes et on murmure que leur destination serait italienne, mais cela est vite démentit lorsqu’ils rejoignent la Bourgogne au Nord. Le 4 avril 1525 Chabot de Brion prend le commandement d’une force de 23.000 hommes en Vendée, François compte asseoir son autorité sur la Bretagne qui s’agite. Le 27 juillet, François engage le peintre Francesco Melzi, élève de Leonardo Da Vinci et lui commande une œuvre commémorant la prise de pouvoir française dans le Delaware.

La situation diplomatique n’a guère évolué en Europe depuis cinq ans. On retrouve toujours une alliance franco-écossaise (comptant aussi la Savoie et Foix), les possessions de Charles Quint sont maintenant appuyées par l’alliance avec la Suisse, Sienne et la Lorraine, l’Empereur compte ainsi poursuivre sa politique diplomatique d’encerclement du Royaume de France. L’Angleterre s’est rapprochée de la Frise, sans doute pour s’assurer son point d’ancrage en Europe continentale. En Italie, les Etats du Pape, la Toscane et la république de Gênes se sont alliés afin de se préserver de François Ier

60036038.jpg
-Les alliances en 1525 (sourlignée en rouge: les possessions de Charles Quint et ses alliés et sourlignée en blanc : l'alliance franco-écossaise)

La menace ottomane continue à peser sur l’Europe après la conquête de possessions vénitiennes en méditerranée et dans le nord des Balkans.

23775154.jpg
- L'Empire ottoman (en vert clair)

__________________

Je me pose la question de savoir ce que je dois faire dans le cadre militaire que j'aimerais un peu plus actif (j'ai un roi sympathoche, des commandants bourrins et une belle petite armée qui se tournent les pouces). Alors selon vous que vaut il mieux faire ?

- Attendre un éventuel casus beli avec les puissances italiennes pour m'avancer dans ce terrain vierge de presque toutes influences habsbourgeoises (Sienne m'ennuie) ?
- M'attaquer à l'expansion ottomane, en sachant que ma flotte n'est nulle part ?
- M'en prendre à l'éternel ennemi anglais, en reprenant Calais et en m'attaquant à ses alliés frisons, en espérant que les Écossais ne se fassent pas écraser au Nord ?
- M'établir en Afrique du Nord d'où je pourrai me faire une place en Méditerranée ?
- Tenter d'intervenir dans le Saint Empire pour massacrer ces hérétiques de protestants?
- Ou enfin m'attaquer au gros morceau j'ai nommé Charles Quint qui m'entoure avec ses possessions et son empire extra-européen ?
 
Last edited:

La Clef

Second Lieutenant
23 Badges
Feb 19, 2007
160
2
  • Divine Wind
  • Imperator: Rome Sign Up
  • Cities: Skylines
  • 500k Club
  • Warlock: Master of the Arcane
  • Europa Universalis III Complete
  • Knights of Pen and Paper +1 Edition
  • Europa Universalis III Complete
  • Heir to the Throne
  • Europa Universalis IV: Wealth of Nations
  • Europa Universalis IV: Conquest of Paradise
  • Europa Universalis IV
  • Cities in Motion
  • Europa Universalis III Complete
  • Europa Universalis III
  • Crusader Kings II: Sword of Islam
  • Crusader Kings II: Sons of Abraham
  • Crusader Kings II: The Republic
  • Crusader Kings II: Rajas of India
  • Crusader Kings II: The Old Gods
  • Crusader Kings II: Legacy of Rome
  • Crusader Kings II: Charlemagne
  • Crusader Kings II
Je penche pour du classique : bouter l'Anglois hors de Calais! Et attendre que les Habsbourg soient aux prises avec la Sublime Porte pour l'attaquer traîtreusement.
 

Musashi87

Corporal
17 Badges
Apr 20, 2007
37
0
  • Victoria: Revolutions
  • Hearts of Iron IV Sign-up
  • Mount & Blade: With Fire and Sword
  • Mount & Blade: Warband
  • 500k Club
  • Victoria 2: Heart of Darkness
  • Victoria 2: A House Divided
  • Victoria 2
  • Sengoku
  • Arsenal of Democracy
  • Europa Universalis III Complete
  • March of the Eagles
  • Europa Universalis III Complete
  • Heir to the Throne
  • Divine Wind
  • Europa Universalis III Complete
  • Crusader Kings II
Je souhaiterais m'attaquer à Calais vers 1558 pour coller avec la réalité (j'essaye sur certains points de garder un lien avec l'Histoire puis j'aime bien Henry :p ). Et les choses se sont un peu précipitées pour moi en Méditerranée où je souhaiterais m'établir solidement. L'Ottoman a bien déclaré la guerre a Charles Quint en s'alliant avec la Hongrie. J'avoue avoir stressé un peu face au péril turque qui pesa alors sur l'Europe et François Ier s'est jeté dans la mêlée face à Soliman le Magnifique : le résultat de la guerre très bientôt :D
 

Riwan

Penn-Breton
51 Badges
Aug 30, 2006
293
0
  • Europa Universalis IV: Mandate of Heaven
  • Victoria 2: Heart of Darkness
  • 500k Club
  • Europa Universalis IV: El Dorado
  • Europa Universalis IV: Pre-order
  • Crusader Kings II: Way of Life
  • Europa Universalis IV: Common Sense
  • Europa Universalis IV: Cossacks
  • Europa Universalis IV: Mare Nostrum
  • Hearts of Iron IV: Cadet
  • Hearts of Iron IV: Colonel
  • Europa Universalis IV: Rights of Man
  • Hearts of Iron IV: Together for Victory
  • Victoria 2: A House Divided
  • Europa Universalis IV: Third Rome
  • Hearts of Iron IV: Death or Dishonor
  • Europa Universalis IV: Cradle of Civilization
  • Hearts of Iron IV: Expansion Pass
  • Europa Universalis IV: Rule Britannia
  • Hearts of Iron IV: Expansion Pass
  • Europa Universalis IV: Dharma
  • Europa Universalis IV: Golden Century
  • Hearts of Iron IV: Expansion Pass
  • Hearts of Iron IV: La Resistance
  • Battle for Bosporus
  • Europa Universalis 4: Emperor
  • Europa Universalis IV: Conquest of Paradise
  • Crusader Kings II: Charlemagne
  • Crusader Kings II: Legacy of Rome
  • Crusader Kings II: The Old Gods
  • Crusader Kings II: Rajas of India
  • Crusader Kings II: The Republic
  • Crusader Kings II: Sons of Abraham
  • Crusader Kings II: Sunset Invasion
  • Crusader Kings II: Sword of Islam
  • Darkest Hour
  • Europa Universalis III
  • Europa Universalis IV
  • Europa Universalis IV: Art of War
  • Crusader Kings II
  • Europa Universalis IV: Wealth of Nations
  • Europa Universalis IV: Call to arms event
  • For The Glory
  • For the Motherland
  • Hearts of Iron III
  • Hearts of Iron III: Their Finest Hour
  • Hearts of Iron III Collection
  • Europa Universalis IV: Res Publica
  • Victoria: Revolutions
  • Semper Fi
Pourquoi attendre que le Habsbourg soit en guerre pour l'attaquer dans le dos ? Ou est la noblesse de Bayard dans cette forfaiture !!

N'écoute pas ces manants et tourne toi dès à présent vers une noble et difficile guerre, qui sera je l'espère gagnée et qui t'apportera richesses et honneurs.

(En un mot si tu veux éviter le traité du Cateau-Cambresis, faut te bouger le cul :D et prendre tes cores en Bourgogne et Pays-Bas, le royaume de Naples et la Navarre espagnole ; Calais attendra comme historiquement)